fondateurs Revolut fintech

Les employés de Revolut révèlent le coût humain d’une licorne de la fintech

Des employés à qui l’on demande de travailler gratuitement, l’impolitesse et le roulement de personnel élevé ternissent la réussite de la startup fintech et surtout sa réputation.

« Vous n’êtes rien d’autre qu’un numéro pour eux avec des signes du dollar. » C’est ainsi que Revolut, l’une des startups fintech à la croissance la plus rapide au Royaume-Uni, a décrit les banques traditionnelles lorsqu’elle a annoncé que des postes de directeur du développement commercial étaient disponibles en octobre dernier. Revolut était l’alternative à ces banques, et avait déjà acquis 2,8 millions de clients sans dépenser un seul centime en publicité grace à la qualité de l’offre de Revolut dont parle tous les sites spécialisés, dit l’annonce.

Mais d’anciens employés de Revolut affirment que cette croissance à grande vitesse a eu un coût humain élevé – avec un travail non rémunéré, des objectifs irréalisables et un turnover de personnel élevé.

Laura (ce n’est pas son vrai nom) n’était pas au courant de ces problèmes lorsqu’elle a postulé pour être directrice du développement commercial en Espagne, l’année dernière. Elle a adoré le produit – une application et une carte qui permettait des transferts d’argent internationaux sans frais, la possibilité d’utiliser les crypto monnaies comme le bitcoin, ainsi que d’autres services – et elle était enthousiaste à l’idée de travailler pour la société.

Elle a passé un entretien d’embauche de 30 minutes sur Google Hangouts avec Andrius Biceika, responsable du développement commercial basé à Londres, et on lui a immédiatement dit qu’elle allait passer à l’étape suivante, qui comporterait un petit test. « La surprise est venue quand j’ai reçu la tâche et qu’on m’a demandé de trouver le plus grand nombre de clients possible, chacun déposant 10 euros dans l’application « , explique Laura.

Selon les instructions de l’exercice, les candidats devraient recruter au moins 200 clients en une semaine pour avoir une chance de passer à la phase suivante de l’entretien. La description de la tâche ne garantissait pas que l’atteinte de la cible qualifierait automatiquement les candidats pour un emploi, mais on les conseillés sur un certain nombre de façons d’obtenir des clients, comme partager un  » code promo  » avec leurs amis, le partager sur les médias sociaux et afficher des posts promotionnelles sur les campus universitaires.

Après que Laura ait répondu en refusant de faire la tâche et en disant qu’elle était déçue que l’entreprise  » profite de quelqu’un qui cherche un emploi « , Biceika lui a envoyé un courriel disant qu’elle était la seule candidate sur plus de 350 qui s’était plainte de la tâche. « Toutes mes excuses, vous n’êtes pas en mesure de montrer de quoi vous êtes capable », écrit-il dans le courriel.

Suite aux révélations de l’exercice sur le site espagnol eldiario.es, Chad West, responsable de la communication de Revolut, a déclaré que l’entreprise avait arrêté son partenariat avec le cabinet de recrutement « immédiatement » après en avoir été informée.

A l’époque, outre le rôle pour lequel Laura avait postulé, l’entreprise recrutait pour des postes similaires dans huit autres pays européens, mais West ne voulait pas répondre aux questions sur l’ampleur de cette pratique, le nombre de clients que Revolut avait acquis de cette façon ou les dirigeants de l’entreprise qui avaient connaissance de cette pratique.

Alors est ce que Revolt est une bonne application bancaire pour pouvoir économiser lors de vos voyages comme on en parlait dans notre article ici, surement. Est ce que c’est l’endroit où vous avez envie de travailler? Probablement pas.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.